M.J's kingdom
Venez nous rejoindre... Et partager votre passion pour le Roi de la Pop


Bienvenue à toutes et à tous sur le M.J's Kingdom
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Selon Tom Barrack, une tournée était la seule issue au "puzzle insoluble" dont Michael Jackson était prisonnier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mrs-Dadouw
Master KOP
Master KOP
avatar

Messages : 833
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 23
Localisation : Combs-la-Ville

MessageSujet: Selon Tom Barrack, une tournée était la seule issue au "puzzle insoluble" dont Michael Jackson était prisonnier   Mar 30 Nov - 11:51

New York Magazine vient de publier un long article consacré au duo de businessmen Tom Barrack et Rob Lowe, qui détiennent aujourd'hui le contrôle du ranch Neverland. Le média s'est penché sur les raisons pour lesquelles Barrack s'est retrouvé impliqué dans les affaires de Michael Jackson et explicite clairement les circonstances qui ont poussé l'artiste à accepter de remonter sur scène malgré ses réticences, dont l'investisseur reconnaît ouvertement l'existence.

En 2008, Barrack a reçu un appel de Tohme Tohme, qui s'est présenté comme étant le business manager de l'artiste. Tohme aurait alors exposé à l'homme d'affaires la situation financière du chanteur : celui-ci faisait face à des dettes importantes, en particulier un emprunt de 270 millions de dollars, résultant notamment d'un déséquilibre entre son train de vie et ses activités artistiques (le dernier album en date, Invincible, remontait à 2001, tandis que Michael Jackson n'avait pas fait de tournée depuis plus d'une décennie) ; néanmoins, l'artiste possédait trois biens de taille : une part du catalogue Sony/ATV ; son propre catalogue de chansons Mijac Music... et le ranch Neverland. Selon Tohme Tohme, le chanteur était pris à la gorge par ses créanciers et allait se voir contraint de se séparer de la propriété sous cinq jours.

D'abord dubitatif, Tom Barrack a néanmoins accepté de se déplacer au domicile de Michael Jackson, une maison de location qu'il occupait à Las Vegas. Lors de ce rendez-vous, le catalogue Sony/ATV posé devant lui, l'artiste l'a séduit par sa culture phénoménale. "Il est certain que cet homme est un génie absolu. Il se souvenait non seulement des chansons mais aussi de chaque prestation, chaque date, chaque script", affirme-t-il, avant d'ajouter que dès lors qu'il s'agissait d'affaires, Michael Jackson était perdu. Selon Barrack, l'artiste était toujours parvenu à échapper à ses créanciers en empruntant de l'argent mais il en était arrivé à un stade où il ne pouvait plus le faire et n'avait d'autre choix que d'envisager la vente aux enchères du ranch.

Tom Barrack connaissait la société auprès de qui Michael Jackson avait contracté son prêt, Fortress Investment. Il a donc négocié pour obtenir un délai supplémentaire le temps d'étudier le dossier. Ses conclusions ont été sans appel : la seule solution pour que Michael Jackson se sorte de cet imbroglio financier était qu'il se remette au travail afin de générer des revenus. "Je lui ai dit : 'La situation dans laquelle vous vous trouvez est un puzzle insoluble à moins que vous ne soyez prêt à vous remettre au travail. Si vous avez la volonté de le faire, alors nous pouvons vous aider. Si vous n'êtes pas prêt à le faire, on se dirige droit dans le mur'". Barrack reconnaît : "Il a vraiment eu du mal à encaisser ça et pendant environ trois jours, ça a été très dur pour lui. Il a finalement rappelé et m'a dit 'Vous avez raison, je vais le faire'".

Un arrangement a alors été trouvé : Colony Capital, la société de Tom Barrack, s'engageait à tirer d'affaire Michael Jackson. La contrepartie n'était pas des moindres : en échange de son aide, la société a pris le contrôle de Neverland et a négocié avec le promoteur AEG - dirigé par Phil Anschutz, un ami de Tom Barrack - pour que ce dernier organise le grand retour sur scène de l'artiste. On connaît la suite...

A l'époque où la société a pris possession de Neverland, la propriété était partiellement à l'abandon. Michael Jackson n'y vivait plus depuis 2005, le ranch n'était géré que par quatre employés au lieu des 275 qu'il comptait à son âge d'or. Les attractions et le petit train à vapeur qui faisait le tour de Neverland avaient été vendus pour générer quelques revenus. Les animaux avaient été pris en charge par des associations. Depuis, Colony Capital a fait en sorte de restaurer les lieux et d'effectuer des aménagements paysagers. Selon New York Magazine, la société envisagerait de vendre le ranch tôt ou tard.

Vous pouvez lire l'article dans son intégralité (et an Anglais) sur New York Magazine : How Tom Barrack and Rob Lowe Are Making Money Off of Distressed Celebrities.

Sources : ElusiveShadow.com / New York Magazine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://MJJ-Sounds.skyrock.com/
elodie42
Professionnel(le) du post
Professionnel(le) du post
avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 27/04/2010
Age : 28
Localisation : 42

MessageSujet: Re: Selon Tom Barrack, une tournée était la seule issue au "puzzle insoluble" dont Michael Jackson était prisonnier   Mar 30 Nov - 21:06

ca serait bien que ces enfants le rachete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverland42.skyrock.com
 
Selon Tom Barrack, une tournée était la seule issue au "puzzle insoluble" dont Michael Jackson était prisonnier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FAKE] Et si Michael Jackson était vivant?
» Teddy Riley: "Michael Jackson était pour moi à la fois un mentor et un professeur"
» Randy Phillips : "Michael Jackson était ravi de donner 50 shows"
» Remember: Les J5 sont de retour à Gary le 31 janvier 1971
» La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.J's kingdom :: LE ROYAUME DE MICHAEL JACKSON :: News-
Sauter vers: